Benjamin-Nicolau 's

Environm Ciencia, Tecnologia y Economia

Modernisation des règles européennes sur les médias audiovisuels:

Posted by benjamin-nicolau en diciembre 24, 2009

Modernisation des règles européennes sur les médias audiovisuels: de nombreux pays en retard

«Il y a deux ans déjà, les entreprises et les consommateurs attendaient avec impatience des règles plus souples qui suppriment les contraintes bureaucratiques dépassées et tiennent compte des évolutions technologiques», a déclaré Mme Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la société de l’information et des médias. «Nous avons actualisé les règles européennes en matière de télévision pour rendre le secteur audiovisuel européen plus compétitif. J’appelle les pays de l’UE à adapter d’urgence leurs lois nationales afin que les nouvelles techniques publicitaires qu’autorise la directive sur les services de médias audiovisuels puissent également être utilisées. Rien ne justifie de nouveaux retards. La Commission n’hésitera d’ailleurs pas à utiliser les pouvoirs que lui donne le traité pour accélérer cette transposition. La Cour de justice a jugé à plusieurs reprises que certaines dispositions des directives pouvaient s’appliquer directement, ce qui veut dire qu’en l’occurrence, les entreprises et les consommateurs peuvent se référer dès le 19 décembre 2009 à la directive sur les services de médias audiovisuels, même si les lois de leur pays n’ont pas encore été adaptées.»
À l’expiration du délai de deux ans dont ont disposé les pays de l’UE pour transposer les nouvelles règles européennes sur la télévision et les services audiovisuels tels que la vidéo à la demande et la télévision mobile, seules la Belgique, la Roumanie et la Slovaquie ont officiellement informé la Commission de la pleine mise en œuvre de ces règles. Le Danemark, la France, le Luxembourg et le Royaume-Uni ont officiellement informé la Commission qu’ils avaient adopté certaines mesures mettant en œuvre la directive sur les services de médias audiovisuels. En Hongrie, le processus législatif est arrivé au point mort lorsque le projet de loi a été rejeté par le parlement. La directive a été partiellement mise en œuvre par l’Autriche, l’Allemagne, l’Irlande, Malte et les Pays-Bas, mais la Commission n’en pas été officiellement informée. Dans d’autres pays, les projets de loi sont en cours de discussion, viennent d’être publiés ou font l’objet d’une consultation publique (voir annexe).

La directive est un instrument juridique de l’Union contraignant pour les pays de l’UE qui fixe des objectifs mais laisse les autorités nationales choisir la forme et les méthodes à utiliser pour les réaliser. La Cour de justice de l’Union européenne a jugé que des parties d’une directive peuvent s’appliquer directement dans un pays de l’UE après expiration du délai de transposition, même si la directive elle-même n’a pas encore (ou pas correctement) été transposée. Il faut pour cela que la directive prévoie des droits individuels et qu’elle soit claire, précise et inconditionnelle. Dans un tel cas, les personnes concernées peuvent se prévaloir de ces parties de la directive à l’égard des autorités publiques nationales.
La nouvelle réglementation européenne permet aux producteurs et aux fournisseurs de programmes télévisés de se financer en utilisant de nouvelles formes de publicité audiovisuelle comme l’écran partagé ou le placement de produits, qui sont autorisées dans tous les programmes sauf les journaux télévisés, les documentaires et les émissions pour enfants. Les diffuseurs peuvent établir leur programmation avec plus de souplesse grâce à la suppression de la règle imposant une période de 20 minutes entre deux coupures publicitaires. La nouvelle réglementation européenne renforce le secteur européen de la télévision et de l’audiovisuel en allégeant la réglementation et en créant des conditions de concurrence égales pour les services de médias audiovisuels «sans frontières». Elle garantit aussi que les règles d’intérêt public, notamment la protection des mineurs et de la dignité humaine, s’appliquent à tous les services audiovisuels, y compris ceux fournis à la demande, via un réseau fixe ou mobile, ou par satellite.
La Commission engage des procédures d’infraction contre tous les pays de l’UE qui ne l’informent pas officiellement dans les délais des mesures prises pour transposer les directives européennes dans leur droit national. Selon les règles européennes antérieures, une amende pouvait être imposée après deux arrêts de la Cour de justice de l’UE. Depuis le 1er décembre 2009, conformément au traité de Lisbonne, lorsque la Commission forme un recours contre un pays de l’UE devant la Cour, elle peut indiquer une somme forfaitaire ou une astreinte à payer par l’État membre concerné.

Anuncios

Sorry, the comment form is closed at this time.