Benjamin-Nicolau 's

Environm Ciencia, Tecnologia y Economia

L’internet du futur, pour des infrastructures européennes intelligentes et efficaces: moins d’embouteillages, moins d’émissions de CO2 et des soins de santé de meilleure qualité

Posted by benjamin-nicolau en octubre 30, 2009

L’internet du futur, pour des infrastructures européennes intelligentes et efficaces: moins d’embouteillages, moins d’émissions de CO2 et des soins de santé de meilleure qualité

Des routes moins encombrées, des systèmes de distribution d’énergie de meilleure qualité et plus efficaces ou encore des traitements médicaux de pointe gérés à domicile – autant d’exemples typiques de ce que permettra l’internet du futur. Celui-ci reliera en effet des objets physiques, tels que voitures ou dispositifs mobiles, à des infrastructures (par exemple, les systèmes de gestion du trafic), ce qui permettra à ces infrastructures de traiter en temps réel de très importants volumes de données et, partant, d’améliorer leur fonctionnement et de gagner en efficacité. La Commission européenne a dévoilé aujourd’hui une stratégie visant à placer l’Europe à la pointe du développement d’infrastructures intelligentes alimentées par l’internet. Elle invite les gouvernements des États membres et le secteur européen des technologies de l’information et de la communication (TIC) à profiter de la demande croissante d’applications internet novatrices pour rendre «intelligentes» certaines infrastructures existantes, comme les systèmes de santé, les réseaux énergétiques ou les systèmes de gestion du trafic. À cet effet, elle entend lancer un partenariat entre pouvoirs publics et principaux acteurs du secteur des TIC: un budget de 300 millions d’euros est prévu pour la période 2011–2013, qui financera des projets à sélectionner à court terme et complètera l’enveloppe de 200 millions d’euros devant être allouée chaque année au secteur des TIC comme aide à la recherche en cours sur les technologies internet de base.

«L’internet peut nous aider à relever les défis de l’avenir et il est la clé qui permettra à l’économie européenne de sortir de la crise. De fait, les applications et technologies en ligne peuvent améliorer l’état des transports dans les villes, où vivra bientôt 70 % de la population mondiale. Elles peuvent encore et doivent améliorer les systèmes qui gèrent notre énergie parce que la consommation d’électricité aura doublé d’ici à 2030. Enfin, dans le contexte du vieillissement de la population européenne, elles peuvent rendre nos systèmes de santé plus efficaces et permettre le traitement des patients à distance», a déclaré Viviane Reding, membre de la Commission chargé de la société de l’information et des médias. «Il appartient à l’Europe et à ses entreprises de saisir leur chance et de développer ces applications et technologies en ligne, qui ont le potentiel d’accroître considérablement l’efficacité économique et sociale de nombreux systèmes dans leur fonctionnement quotidien.»

La Commission européenne a proposé aujourd’hui une stratégie d’innovation internet à l’échelle de l’UE, en vertu de laquelle les gouvernements et différents secteurs économiques seraient reliés dans toute l’Europe. L’objet de cette stratégie est d’améliorer certaines infrastructures clés pour notre économie et nos sociétés, en les rendant plus à même de traiter de très importants volumes de données au quotidien. À l’heure actuelle, le trafic internet augmente déjà de 60 % par an. Dès lors que, pour pouvoir fournir des informations toujours plus sophistiquées, l’internet est relié à des milliards de capteurs et dispositifs mobiles, les infrastructures doivent être suffisamment «intelligentes» pour pouvoir traiter de tels volumes de données en temps réel.

La stratégie présentée aujourd’hui vise à faire de l’Europe un leader dans la recherche et le déploiement des technologies internet du futur dont elle a besoin pour rendre plus «intelligentes» les infrastructures ayant un impact sur la vie quotidienne, comme les systèmes de santé, de transport et d’énergie. Non seulement la compétitivité du secteur européen des TIC s’en trouvera renforcée, mais les consommateurs européens seront aussi les premiers à bénéficier d’applications et de services nouveaux.

Des systèmes intelligents sont déjà expérimentés à l’état de projets pilotes dans différentes régions et villes d’Europe. . Grâce à l’utilisation de réseaux de capteurs et de dispositifs mobiles, il est possible de collecter les données (quasiment) en temps réel, ce qui est crucial pour la gestion des systèmes de transport ou d’énergie. Ces données peuvent alors servir à optimiser le système de mobilité urbaine, par exemple. Alors qu’il tend à se généraliser, ce type de dispositifs sans fil bénéficiera aussi des radiofréquences fournies par le dividende numérique

Aujourd’hui, la Commission a enjoint aux gouvernements et aux entreprises de collaborer pour que la recherche européenne soit davantage axée sur les technologies internet fondamentales et leur application rapide à la vie quotidienne. Elle-même donnera le coup d’envoi de ce partenariat public-privé, par le lancement d’un appel à propositions en 2010. Au total, il est prévu d’allouer 300 millions d’euros à cette initiative sur la période 2011-2013 – les entreprises devant fournir un montant équivalent.

La Commission finance d’ores et déjà des travaux de recherche visant à rendre l’internet lui-même plus intelligent: 400 millions d’euros ont ainsi été investis dans plus de 90 projets européenE et 200 autres millions d’euros seront débloqués chaque année au titre des budgets de recherche 2011-2013.

SOURCE UE

Anuncios

Sorry, the comment form is closed at this time.