Benjamin-Nicolau 's

Environm Ciencia, Tecnologia y Economia

Archive for 28 septiembre 2009

MF-SupportedPrograms Help Countries Weather the Worst of the Global Crisis

Posted by benjamin-nicolau en septiembre 28, 2009

MF-Supported Programs Help Countries Weather the Worst of the Global Crisis, Says Internal Review

A mix of increased resources, policy flexibility, and more focused conditionality has allowed the International Monetary Fund (IMF) to better support emerging market countries hit by the recent global financial crisis, said an internal IMF review released today. In an analysis of 15 countries1, Review of Recent Crisis Programs, the IMF said that the Fund-supported programs are delivering the kind of policy response and financing needed to help cushion the blow from the worst crisis since the 1930s.

“What this study tells us is that, with IMF support, many of the severe disruptions characteristic of past crises have so far been either avoided or sharply reduced,” IMF Managing Director Dominique Strauss-Kahn said. “Serious challenges remain, especially restoring sustained growth in output and employment, but there are encouraging signs of stabilization. The governments and peoples of the countries concerned deserve the credit for these efforts.”

The study describes the typical economic and financial effects of past crises–including currency overshooting, sharp current account contractions, and systemic banking crises–and analyzes why these outcomes have so far been avoided in most cases. Key factors this time include rapid provision, large-scale, and front-loaded IMF financing channeled to sectors facing the tightest financing constraints; accommodative macroeconomic policies; emphasis on protecting the financial sector from liquidity squeezes; more focused conditionality; and stronger country ownership. The study notes that outcomes and policies in program countries are broadly similar to those of non-program emerging market countries, once controlling for pre-existing vulnerabilities, such as current account deficits and credit booms.

“It is clear that this new generation of programs incorporate the lessons of the past,” IMF Director of Strategy, Policy, and Review Reza Moghadam said, “While it is certainly too early to draw firm conclusions, this assessment is useful in providing real-time feedback to country authorities, IMF staff, partner institutions and policymakers elsewhere, so that we can continue to learn and improve further.”

Among the factors that have helped avoid past problems are:

Large and timely financing:The Fund was able to quickly mobilize large financing packages for countries hit by the financial turbulence of late 2008. Almost all have entailed exceptional access–beyond the normal limits–to Fund resources, with more front-loaded disbursements. Financing packages have included support from other official creditors, enabling risk sharing. Private sector involvement has also been sought in a number of European programs. Importantly, official financing has been used more to meet actual funding constraints of the private and public sectors, less to replenish central banks reserves.

More focused conditionality:recent programs carry fewer structural conditions than previous arrangements. The study found a sharp fall in measures outside the key areas of Fund competency and a marked increase in the share of financial sector conditions at the root of the current crisis. However, structural conditions typically rise over time as crises deepen and vulnerabilities shift–so this aspect will require continued close monitoring.

Stronger Country Ownership: the programs show differences in design across countries (with respect, for example, to the choice of currency regimes), reflecting the need to tailor support to each country’s particular reform agenda–the failure to do this has been a criticism of past IMF support. Compliance has been better and completion of program reviews timely, suggesting strong country ownership of programs supported by the Fund.

Policy responses tailored to country circumstances, including:
• Accommodative fiscal policy: fiscal policy in most cases has been accommodative and adjusted to evolving conditions. Deficits were allowed to rise in response to falling revenues and, in cases where domestic and external financing was lacking, this was facilitated by channeling Fund resources directly to the budget. Going forward, countries with heavier debt burdens will need to redouble fiscal efforts to secure sustainability.
• Avoidance of abrupt monetary policy tightening: sharp spikes in interest and exchange rates have been avoided, minimizing the negative dynamics from balance sheet effects, particularly in countries where a high share of borrowing is in foreign currency. As a result, the real exchange rate adjustment needed to support lower current account deficits can hopefully be achieved in a more gradual and less stressed environment.
• Pre-emptive steps to address banking problems: the general avoidance of banking crises in program countries thus far is remarkable, given that in many cases, especially in Central and Eastern Europe, banking systems entered the crisis after an externally-financed credit boom. The study argues that various factors—strengthened financial sector regulation in advance, avoidance of currency and interest rate overshooting, and emergency program measures including liquidity provision and deposit insurance—have contributed to this result.
• Commitments to sustain or expand social safety nets: these have been undertaken by authorities in all program countries, with some shifting from higher spending to better targeting over time. Given the importance of protecting the most vulnerable groups, this is another aspect requiring continued close monitoring.
While concluding that the worst outcomes have so far been avoided in most cases and that early stabilization has been achieved, the study cautions that major challenges remain, including the timely unwinding of fiscal and monetary stimulus, adjustment to external competitiveness factors, and fixing bank balance sheets.

Source FMI Press Release No. 09/319
September 27, 2009

Anuncios

Posted in economics | Leave a Comment »

Les programmes soutenus par le FMI permettent aux pays de surmonter les pires moments de la crise mondiale

Posted by benjamin-nicolau en septiembre 28, 2009

Selon une étude interne, les programmes soutenus par le FMI permettent aux pays de surmonter les pires moments de la crise mondiale

Selon une étude interne publiée ce jour, l’augmentation des ressources du Fonds monétaire international (FMI), conjuguée à des mesures souples et à une conditionnalité mieux ciblée, a permis à l’institution d’apporter une aide plus efficace aux pays émergents frappés par la crise financière mondiale. Cette analyse de 15 pays1, intitulée Review of Recent Crisis Programs, établit que les programmes appuyés par le FMI apportent les mesures et le financement nécessaires pour amortir le choc de la crise la plus grave que le monde ait connue depuis les années 30.

«Ce que cette étude nous dit, c’est qu’avec le soutien du FMI, bon nombre des graves perturbations qui ont caractérisé les crises antérieures ont à ce stade été évitées, ou fortement atténuées», a déclaré le Directeur général du FMI, M. Dominique Strauss-Kahn. «Des problèmes complexes restent à résoudre, notamment le rétablissement d’une croissance soutenue de la production et de l’emploi, mais des signes de stabilisation encourageants sont observables. Les autorités et les populations des pays concernés méritent de voir leurs efforts salués.»

L’étude décrit les retombées économiques et financières type des crises antérieures (surajustement du taux de change, contractions brutales du compte des transactions courantes, et crises bancaires systémiques) et analyse les raisons pour lesquelles celles-ci ont pour l’instant pu être évitées dans la plupart des cas. Les facteurs décisifs ont été l’apport rapide et massif, en début de crise, de financements aux secteurs confrontés aux plus grosses difficultés dans ce domaine; des politiques macroéconomiques flexibles; des mesures visant à mettre le secteur financier à l’abri des contractions de liquidité; un meilleur ciblage de la conditionnalité; et une internalisation plus profonde par les pays concernés. L’étude note que les politiques et les résultats des pays ayant bénéficié d’un programme sont globalement similaires à ceux des autres pays émergents une fois que l’on fait la part des vulnérabilités préexistantes, telles que les déficits courants et l’expansion du crédit.

«De toute évidence, cette nouvelle génération de programmes intègre les leçons du passé», a remarqué Reza Moghadam, Directeur du Département de la stratégie, des politiques et de l’évaluation du FMI. «Il est certes trop tôt pour tirer des conclusions définitives, mais cette évaluation est utile en ce qu’elle apporte aux autorités nationales, aux services du FMI, aux institutions partenaires et aux pouvoirs publics d’autres pays des informations en temps réel quant à l’effet des mesures appliquées, de sorte que nous pouvons dégager de nouveaux enseignements et améliorer encore notre action».

Les mesures qui ont permis d’évité les problèmes rencontrés par le passé sont notamment les suivantes :
Des financements massifs et rapides :le FMI a été en mesure de mettre rapidement sur pied des montages financiers d’envergure pour les pays frappés par les turbulences financières à la fin de 2008. Dans presque tous les cas, un accès exceptionnel (au-delà des limites habituelles) aux ressources de l’institution a été accordé, assorti de décaissements plus élevés en début de programme. Ces montages ont mobilisé l’appui d’autres créanciers officiels, ce qui a permis de répartir les risques. Divers programmes en Europe ont également fait appel à la participation du secteur privé. Surtout, les financements officiels ont davantage servi à remédier aux difficultés effectives de financement des secteurs privé et public, et moins à renflouer les réserves des banques centrales.
Meilleur ciblage de la conditionnalité :les nouveaux programmes comportent moins de conditions structurelles que les précédents. L’étude a constaté une diminution considérable des mesures ne relevant pas des domaines de compétence fondamentaux du FMI, et un net accroissement, en proportion, des conditions concernant le secteur financier, qui est à l’origine de la crise actuelle. Cela posé, le nombre de conditions structurelles augmente généralement au fil du temps, à mesure que les crises s’aggravent et que les vulnérabilités évoluent. Il conviendra donc de suivre cette question de près.
Internalisation approfondie des pays : la conception des programmes varie selon les pays (par exemple en ce qui concerne le choix des régimes monétaires) en raison de la nécessité d’adapter l’aide au programme de réforme particulier de chacun d’eux, ce que le FMI s’est vu reprocher de ne pas faire par le passé. Les conditions ont été mieux respectées, et les revues des programmes se sont achevées en temps voulu, ce qui semble indiquer que les pays se sont fortement investis dans les programmes appuyés par le FMI.
Ripostes adaptées à la situation des pays, notamment :
• Une politique budgétaire souple : dans la plupart des cas, la politique budgétaire a été accommodante et s’est adaptée à l’évolution des situations. Elle a laissé filer les déficits pour faire face à la chute des recettes, ce qui, dans les cas où les financements intérieurs et extérieurs ont fait défaut, a été facilité par l’affectation directe de ressources du FMI au budget. À terme, les pays grevés de dettes devront redoubler d’efforts pour assurer la viabilité des finances publiques.
• Absence de resserrements brutaux de la politique monétaire : de fortes hausses des taux d’intérêt et de change ont été évitées, ce qui a minimisé la dynamique négative des effets bilantiels, surtout dans les pays où une part élevée de l’emprunt est libellé en devises étrangères. De ce fait, on peut espérer procéder à l’ajustement des taux de change réels nécessaire pour accompagner la baisse des déficits courants de manière plus progressive, dans un climat moins tendu.
• Des mesures préventives pour remédier aux problèmes des banques : il est remarquable que les pays bénéficiant de programmes aient généralement évité, à ce stade, des crises bancaires étant donné que, dans de nombreux cas, en Europe centrale et orientale notamment, les systèmes bancaires sont entrés en crise après une phase d’expansion du crédit financée par l’extérieur. L’étude avance que divers facteurs — le renforcement anticipé de la réglementation du secteur financier, le fait d’avoir évité un surajustement des taux de change et d’intérêt, et des mesures d’urgence, notamment l’injection de liquidités et la garantie des dépôts — ont concouru à ce résultat.
• Des engagements à maintenir ou à développer les systèmes de protection sociale : les autorités de tous les pays menant un programme ont pris cet engagement, et prévoient d’évoluer à la longue vers un meilleur ciblage des dépenses plutôt que de les augmenter. Étant donné la nécessité de protéger les groupes les plus vulnérables, cette question doit elle aussi être suivie de près.
L’étude, si elle conclut que le pire a pour l’instant été évité dans la plupart des cas et qu’une première phase de stabilisation a été atteinte, souligne que des difficultés notables restent à résoudre, notamment l’arrêt des mesures de relance budgétaire et monétaire en temps opportun, l’ajustement aux facteurs de compétitivité extérieurs, et l’assainissement des bilans des banques.

Posted in economics | Etiquetado: | Leave a Comment »