Benjamin-Nicolau 's

Environm Ciencia, Tecnologia y Economia

Archive for 13/10/08

Summit of the euro area countries: declaration on a concerted European action plan of the euro area countries

Posted by benjamin-nicolau en octubre 13, 2008

Summit of the euro area countries: declaration on a concerted European action plan of the euro area countries

 

 

1) Financial systems contribute essentially to the well functioning of our economies and are therefore a necessary prerequisite for growth and a high level of employment. Millions of depositors have trusted their wealth to our financial institutions. The consequences of the current financial market crisis jeopardize the crucial economic role of the financial system.

2) Since the beginning of the crisis, we have acted to address the challenges posed to our financial system: we have committed ourselves to take decisive action and use all availables tools to support relevant institutions and prevent their failure and effectively acted in several cases ; we have increased transparency and disclosure on banks exposure ; we have enhanced retail deposit guarantee protection.

3) Further concerted action is urgently needed given the persistent problems of bank financing and the contagion from the financial crisis to the real economy.

4) We confirm today our commitment to act together in a decisive and comprehensive way in order to restore confidence and proper functioning of the financial system, aiming at restoring appropriate and efficient financing conditions for the economy. In parallel, Member States agree to coordinate measures to address the consequences of the financial crisis on the real economy, in line with 7th of October Ecofin conclusions. In particular, we welcome the EIB’s decision to mobilise 30 billions € to support European SME’s and its commitment to step up its ability to intervene in infrastructure projects.

5) As members of the Euro area, we share a common responsibility and have to contribute to a common European approach. We invite our European partners to adopt the following principles so that the European Union as a whole can act in a united manner and avoid that national measures adversely affect the functioning of the single market and the other member States.

This requires European Union and Euro area governments, central banks and supervisors to agree to a coordinated approach aiming at :
-    ensuring appropriate liquidity conditions for financial institutions ;
-    facilitating the funding of banks, which is currently constrained ;
-    providing financial institutions with additional capital ressources so as to continue to ensure the proper financing of the economy ;
-    allowing for an efficient recapitalisation of distressed banks ;
-    ensuring sufficient flexibility in the implementation of accounting rules given current exceptional market circumstances ;
-    enhancing cooperation procedures among European countries.

In the current exceptional circumstances, we stress the need for the Commission to continue to act quickly and apply flexibility in state aid  decisions, continuing to uphold the principles of the single market and of the state aid regime.

Ensuring appropriate liquidity conditions for financial institutions. 

6) We welcome the recent decision by the European Central Bank and other Central Banks in the world to cut their interest rates.

7) We also welcome the decisions by the European Central Bank to improve the conditions for the refinancing of banks and to provide more longer term funding. We look forward to Central Banks considering all ways and means to react flexibly to the current market environment.

We welcome the intention of the ECB and the Eurosystem to react flexibly to the current market environment, in particular in considering to further improve its collateral framework with regard to the eligibility of commercial paper.

Facilitating the funding of banks, which is currently constrained. 

8) With a view to complementing the actions taken by the European Central Bank in the interbank money market, the Governments of the Euro Area are ready to take proper action in a concerted and coordinated manner to improve market functioning over longer term maturities. The objective of such initiatives should be to address funding problems of liquidity constrained solvent banks.

We welcome the initiatives put forward in some member states to facilitate medium term funding of banks notably through purchase of high quality assets or through swaps of government securities. The worsening of financial conditions in the last four weeks requires additional coordinated actions. 

To this aim, Governments would make available for an interim period and on appropriate commercial terms, directly or indirectly, a Government guarantee, insurance, or other similar arrangements of new medium term (up to 5 years) bank senior debt issuance. Depending on domestic market conditions in each country, actions could be targeted at some specific and relevant types of debt issuance.

In all cases, these actions will be designed in order to avoid any distortion in the level playing field and possible abuse at the expense of non beneficiaries of these arrangements. As a consequence :
- the price of those instruments will reflect at least their true value with respect to normal market conditions ;
- all the financial institutions incorporated and operating in our countries and subsidiary of foreign institutions with substantial operations will be eligible, provided they meet the regulatory capital requirements and other non discriminatory objective criteria ;
- Governments may impose further conditions for the beneficiaries of these arrangements, including conditions to ensure an adequate support to real economy ;
- the scheme will be limited in amount, temporary and will be applied under close scrutiny of financial authorities, until December 31 2009.

While acting quickly as required by circumstances, we will coordinate in providing these guarantees as significant differences in national implementation could have a counter-productive effect, creating distortions in the global banking markets. We will also work in cooperation with the European Central Bank so as to ensure consistency with the management of liquidity by the Eurosystem and compatibility with the operational framework of the Eurosystem.

Providing financial institutions with additional capital ressources so as to continue to ensure the proper financing of the economy. 
   
9) So as to allow financial institutions to continue to ensure the proper financing of the Eurozone economy, each Member State will make available to financial institutions Tier 1 capital, e.g. by acquiring preferred shares or other instruments including non dilutive ones. Price conditions shall take into account the market situation of each involved instution. Governments commit themselves to provide capital when needed in appropriate volume while favouring by all available means the raising of private capital. Financial institutions should be obliged to accept additionnal restrictions, notably to preclude possible abuse of such arrangements at the expense of non beneficiaries.

10) Given the exceptional market circumstances, we urge national supervisors, in accordance with the spirit of Basel 2 rules, to implement prudential rules also with a view to stabilising the financial system.

Allowing for an efficient recapitalisation of distressed banks. 

11) Governments remain committed to support the financial system and therefore to avoid the failure of relevant financial institutions, through appropriate means including recapitalization. In doing so, we will be watchful regarding the interest of taxpayers and ensure that existing shareholders and management bear the due consequences of the intervention. Emergency recapitalisation of a given institution shall be followed by an appropriate restructuring plan.

Ensuring sufficient flexibility in the implementation of accounting rules given current exceptional market circumstances. 

12) We welcome the recent initiatives of the Commission regarding conclusions of the 7th October Ecofin regarding the classification of financial instruments by banks between their trading and banking books, notably to ensure a level playing field with our competitors.

Under the current exceptional circumstances, financial and non-financial institutions should be allowed as necessary to value their assets consistently with risk of default assumptions rather than immediate market value which, in illiquid markets may no longer be appropriate.

We ask the competent autorities to take the next steps within the coming days.

Enhancing cooperation among European countries. 
   
13) In such circumstances, efficient crisis management requires constant and immediate monitoring. We will therefore set up and strengthen procedures allowing the exchange of information between our Governments, the President of the European Council, the President of the European Commission, the President of the European Central Bank and the President of the Eurogroup. We look forward the European Council on next Wednesday to setting up a mecanism to improve crisis managment between European countries.

***

14) The Ecofin Council with the support of the Commission and in cooperation with the European Central Bank will report in due time to the European Council on the implementation of these decisions.

 

source: ue presse release

Anuncios

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Sommet des pays de la zone euro : déclaration sur un plan d’action concertée des pays de la zone euro

Posted by benjamin-nicolau en octubre 13, 2008

Sommet des pays de la zone euro : déclaration sur un plan d’action concertée des pays de la zone euro

 

 

1)    Le système financier apporte une contribution essentielle au bon fonctionnement de nos économies et constitue une condition de la croissance et du plein emploi. Des millions de déposants ont confié leurs économies à nos institutions financières. La crise actuelle des marchés pourrait remettre en cause le rôle économique crucial joué par le système financier.

2)    Depuis le début de la crise, nous sommes intervenus pour traiter les défis auxquels nos systèmes financiers doivent faire face : nous nous sommes engagés à soutenir, par tous les moyens possibles, les institutions financières importantes et à empêcher leur faillite et nous l’avons fait dans plusieurs cas ; nous avons accru les exigences de transparence sur les expositions des banques ; nous avons renforcé les garanties apportées aux dépôts des particuliers.

3)    Au-delà, une action concertée est urgente compte tenu des problèmes persistants du marché interbancaire et de la contagion de la crise financière à l’économie réelle.

4)    Nous confirmons aujourd’hui notre engagement à agir ensemble, de manière décisive, sur tous les aspects du problème, pour restaurer la confiance et un fonctionnement normal du système financier et, ainsi, retrouver les conditions d’un financement normal et efficace de l’économie. En parallèle, nous nous engageons à coordonner les mesures nécessaires pour traiter les autres conséquences de la crise financière sur l’économie réelle, conformément aux conclusions du Conseil ECOFIN du 7 octobre. En particulier, nous nous félicitons de la décision de la BEI de mobiliser 30 milliards d’euros pour soutenir les PME européennes ainsi que de son engagement à renforcer sa capacité d’intervention pour les projets d’infrastructure.

5)    En tant qu’Etats de la zone euro, nous partageons une même responsabilité et devons contribuer à une approche européenne. Nous invitons donc nos partenaires européens à adopter les principes arrêtés aujourd’hui de manière à agir de manière unie et éviter des mesures nationales qui affecteraient négativement le fonctionnement du marché unique ou qui léserait les autres Etats membres.

Ceci rend indispensable que les gouvernements de l’Union Européenne et de la zone Euro, les banques centrales et les autorités de supervision décident d’une approche coordonnée visant à :

-    assurer des liquidités suffisantes aux institutions financières ;
-    faciliter le financement des banques qui est actuellement contraint ;
-    apporter aux institutions financières les ressources en capital pour qu’elles continuent à financer correctement l’économie ;
-    apporter une recapitalisation suffisante aux banques en difficulté ;
-    assurer assez de flexibilité dans la mise en œuvre des règles comptables dans les circonstances exceptionnelles actuelles ;
-    renforcer  les procédures de coopération entre pays Européens.

Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, nous soulignons la nécessité pour la Commission de continuer à agir rapidement et appliquer avec flexibilité les décisions en matière d’aides d’Etat tout en continuant à soutenir les principes du marché unique et du régime d’aides d’Etat. 

Assurer des liquidités suffisantes aux institutions financières. 

6)    Nous accueillons favorablement la décision récente de la BCE et d’autres banques centrales de réduire leurs taux directeurs.

7)    Nous accueillons également favorablement les décisions prises par la BCE pour améliorer les conditions de refinancement des banques européennes et leur apporter davantage de financement à long terme. Nous attendons des banques centrales qu’elles envisagent tous les moyens pour s’adapter au contexte actuel des marchés.

Nous nous félicitons de l’intention de la BCE et de l’Eurosystème de réagir avec flexibilité aux évolutions des marchés et en particulier d’examiner de nouvelles améliorations de ces règles en matière de collatéral pour ce qui concerne l’éligibilité des billets de trésorerie.

Faciliter le financement des banques qui est actuellement contraint. 

8)    Afin de compléter les actions de refinancement à court terme entreprises par la BCE sur le marché interbancaire, les gouvernements de la zone Euro sont prêts à prendre des mesures concertées et coordonnées pour améliorer le fonctionnement du marché monétaire sur le compartiment à long terme. Ces initiatives seront conçues pour remédier aux problèmes de liquidité des banques solvables.

Nous saluons les initiatives mises en place dans certains États membres pour faciliter le financement à moyen terme des banques, notamment à travers l’achat d’actifs de qualité ou à travers des échanges de titres d’Etat. L’aggravation des conditions financières dans les dernières semaines exige d’autres actions concertées.

A cette fin, les Gouvernements pourront aussi fournir, pour une période définie et à des conditions déterminées, directement ou indirectement, leur garantie, une assurance ou tout autre dispositif similaire aux nouvelles émissions des banques, pour des durées allant jusqu’à cinq ans. Les Gouvernements peuvent également, aux mêmes fins, procéder à l’acquisition directe de ces émissions. En tenant compte des conditions de marché de chacun des pays concernés, cette garantie pourra être ciblée sur certaines catégories d’opérations.

Quel que soit le mécanisme retenu, il sera mis en place de manière à ne pas fausser le jeu d’une concurrence loyale entre établissements et à empêcher de possibles abus aux dépens des institutions qui n’en bénéficieraient pas. En conséquence :

-    son prix devra refléter au minimum sa valeur dans des conditions de marché normales ;
-    y seront éligibles toutes les institutions financières enregistrées et opérant dans nos pays, ainsi que les filiales des institutions financières étrangères ayant une activité significative, dès lors qu’elles respectent les exigences réglementaires de capital minimum et d’autres critères non discriminatoires ;
-    les gouvernements pourront imposer des conditions aux bénéficiaires de ces dispositifs, y compris des engagements de financement de l’économie réelle ;
-    ce dispositif sera plafonné, temporaire et concernera, sous le contrôle des autorités financières, les émissions réalisées avant le 31 décembre 2009.

Tout en agissant rapidement comme les circonstances l’exigent, nous nous coordonnerons en fournissant ces garanties, dans la mesure où des différences significatives dans les mises en œuvre nationales pourraient avoir des effets contreproductifs, créant des distorsions sur les marchés bancaires. Nous agirons aussi en coopération avec la Banque Centrale Européenne pour assurer la cohérence de la gestion des liquidités dans l’Eurosystème et la compatibilité avec le cadre opérationnel de l’Eurosystème.

Apporter aux institutions financières les ressources en capital pour qu’elles continuent à financer correctement l’économie. 

9)    Afin de permettre aux institutions financières de renforcer leurs fonds propres et d’assurer un financement suffisant des économies de la zone euro, chaque Etat membre mettra à la disposition des institutions financières de nouveaux fonds propres, comme par exemple par l’acquisition des actions de préférence ou d’autres instruments comparables, y compris des titres non dilutifs. Les conditions de prix de ces instruments prendront en compte les conditions de marché et la notation des institutions financières concernées et devront être cohérentes entre les Etats membres. Les Gouvernements s’engagent à fournir ce capital en volume suffisant tout en continuant à favoriser par tous moyens possibles la recherche de capitaux privés. Les institutions financières concernées devront être obligées d’accepter des contraintes en contrepartie, en particulier pour prévenir de possibles conséquences de ces mécanismes aux dépens des institutions qui n’en bénéficieraient pas.

10)    Compte tenu des conditions de marché exceptionnelles, nous demandons instamment aux superviseurs nationaux, conformément à l’esprit des règles de Bâle 2, d’appliquer les règles prudentielles en ayant également pour objectif la stabilisation du système financier.

Apporter une recapitalisation suffisante aux banques en difficulté. 

11)    Les Gouvernements rappellent leur engagement d’empêcher toute faillite d’institutions financières qui présenteraient un risque pour le système financier dans son ensemble, en y consacrant les moyens adaptés, y compris l’apport de capitaux nouveaux. Dans ces interventions, nous veillerons tout particulièrement au respect des intérêts des contribuables et à ce que les actionnaires et le management assument leur part de responsabilité dans ces interventions. Les recapitalisations d’urgence devront être accompagnées de plans de restructuration adaptés.

Assurer assez de flexibilité dans la mise en œuvre des règles comptables dans les circonstances exceptionnelles actuelles.

12)    Nous saluons les initiatives que vient de prendre la Commission en vue  d’appliquer immédiatement les conclusions du Conseil ECOFIN du 7 octobre sur le classement des instruments financiers par les banques entre le « trading » et le « banking book ».

Compte tenu des circonstances exceptionnelles actuelles, les institutions financières comme les institutions non-financières doivent pouvoir comptabiliser, en tant que de besoin, leurs actifs en prenant en compte leurs modèles d’appréciation des risques de défaillances de préférence aux valeurs de marché immédiates qui ne sont plus pertinentes dans des marchés qui ne fonctionnent plus.

Nous demandons aux autorités compétentes de prendre ces décisions dans les prochains jours.

Renforcer les procédures de coopération entre pays Européens. 

13)    Dans de telles circonstances, une gestion efficace de la crise rend nécessaire un suivi instantané et constant. Nous devons donc renforcer les procédures permettant l’échange d’informations entre nos gouvernements, le Président en exercice du Conseil européen, le Président de la Commission, le Président de la Banque centrale européenne et le Président de l’Eurogroupe. Nous attendons du Conseil Européen de mercredi prochain qu’il adopte un mécanisme destiné à améliorer la gestion de crise entre pays européens.

***


                               
14)    Le conseil ECOFIN, avec le soutien de la Commission et en étroite collaboration avec la BCE, fera rapport en temps utile au Conseil Européen sur l’application de ces décisions.

 

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »