Benjamin-Nicolau 's

Environm Ciencia, Tecnologia y Economia

Le sommet de Paris lancera le «processus de Barcelone: une Union pour la Méditerranée»

Posted by benjamin-nicolau en julio 11, 2008

Le sommet de Paris lancera le «processus de Barcelone: une Union pour la Méditerranée»

Ce dimanche 13 juillet verra le lancement du «processus de Barcelone: une Union pour la Méditerranée», lors d’un sommet organisé par la présidence française de l’Union européenne qui réunira les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne et de la Méditerranée ainsi que la Commission européenne. Cette initiative ambitieuse a pour but d’approfondir et de réorienter les relations euro-méditerranéennes tout en maintenant et en réitérant les objectifs originaux de la déclaration de Barcelone relatifs à la création d’un espace de paix, de sécurité et de prospérité.

Le président Barroso s’est exprimé en ces termes: «Le lancement du processus de Barcelone: une Union pour la Méditerranée, constitue une étape décisive dans les relations entre l’Europe et nos amis méditerranéens. Il souligne l’engagement permanent de l’Union européenne et sa volonté politique de concrétiser les ambitions de la déclaration de Barcelone, visant à créer une zone de stabilité, de prospérité partagée et de sécurité dans la région de la Méditerranée. En même temps, il réaffirme à tout le monde qu’il s’agit d’une ambition partagée, d’une volonté partagée et d’un parcours partagé. Ensemble nous sommes plus forts, et je suis convaincu que l’accord d’aujourd’hui accélérera le progrès vers notre destination commune. Une participation plus importante du secteur privé ajoutera un élément important à nos efforts communs».

Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, a quant à elle ajouté: «Nous avons parcouru un long chemin depuis le lancement du processus de Barcelone. Nous avons instauré un véritable partenariat dans un vaste éventail de secteurs, comprenant notamment le dialogue politique, la société civile, l’éducation et les médias, grâce à la création de nombreux réseaux euro-méditerranéens efficaces. Malgré certains obstacles et contretemps, nos aspirations et notre dynamisme demeurent intacts. Nous voulons maintenant consolider les progrès réalisés et aller encore de l’avant pour mener notre partenariat vers de nouveaux niveaux de viabilité, de vitalité et de visibilité pour tous nos citoyens. Au sommet de Paris, nous allons dresser la carte de nos ambitions communes».

Le sommet devrait arrêter des positions concernant le partage des responsabilités, la gouvernance commune et les projets qui apporteront des améliorations tangibles aux conditions de vie et aux moyens de subsistance des personnes. S’appuyant sur les fondements et les structures établis dans le cadre du processus de Barcelone, ce sommet devrait entraîner un changement qualitatif dans les relations entre l’Europe et ses partenaires méditerranéens.


Alors que la politique européenne de voisinage continue d’être l’élément moteur des relations bilatérales dans la région avec une approche différenciée, le «processus de Barcelone: une Union pour la Méditerranée» complétera cette politique en renforçant la coopération régionale.

La relation politique renforcée prévoit la tenue de sommets bisannuels des chefs de gouvernement et la mise en place d’une coprésidence chargée de gérer ces sommets et les réunions annuelles des ministres des affaires étrangères, des réunions ministérielles sectorielles ainsi que des réunions de hauts fonctionnaires. Un secrétariat commun sera créé pour gérer les projets, et la création d’un comité permanent des représentants euro-méditerranéens assurera le soutien des nouvelles structures institutionnelles et administratives.

Les projets devraient s’efforcer de favoriser la croissance, l’emploi, la cohésion régionale et l’intégration socioéconomique dans des secteurs tels que l’énergie et la sécurité énergétique, l’environnement, la protection civile, les transports et l’éducation.

La mise en œuvre de tels projets dépendra de la mobilisation de fonds supplémentaires autres que les habituelles dotations budgétaires actuelles. Ces fonds devraient provenir du secteur privé, des institutions financières internationales, de la coopération bilatérale et de contributions des États membres de l’UE et des partenaires méditerranéens.

Contexte

Depuis son lancement en 1995, le processus de Barcelone est l’instrument central des relations euro-méditerranéennes, représentant un partenariat de 39 États et plus de 750 millions de personnes. Il a été l’élément moteur en faveur de la paix, de la sécurité et d’une prospérité partagée dans une région où des conflits déjà anciens et des efforts de réforme trop timides ont souvent entravé le progrès.

Depuis 1995, la Commission européenne a consacré plus de 16 milliards d’euros pour soutenir le processus de Barcelone. La coopération menée dans le cadre du processus de Barcelone a notamment permis d’établir l’assemblée parlementaire euro‑méditerranéenne, de mettre en place la facilité euro‑méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP), qui fournit des prêts pour plus de 2 milliards d’euros aux partenaires méditerranéens, et de créer la fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, qui est la première institution Euromed commune financée par tous les partenaires ainsi que par la Commission européenne. À l’heure actuelle, la fondation Anna Lindh dispose d’un réseau de plus de 1500 organisations de la société civile couvrant tous les pays membres du partenariat.

Les relations commerciales euro-méditerranéennes sont saines: la libéralisation mise en place depuis le commencement du processus de Barcelone a dynamisé les échanges commerciaux. Les exportations des pays méditerranéens vers l’UE27 ont augmenté en moyenne de 10 % par an entre 2000 et 2006. Dans le même temps, les importations en provenance de l’UE27 ont augmenté en moyenne de 4 %. Le commerce Euromed avec l’UE (à l’exclusion de la Turquie) a atteint au total 120 milliards d’euros en 2006, ce qui représente plus de 5 % du commerce total de l’UE avec le reste du monde.

On trouvera de plus amples informations à l’adresse suivante: http://ec.europa.eu/external_relations/euromed/index.htm

Anuncios

Sorry, the comment form is closed at this time.